Le sentier des Douaniers

0 |  3 juin 2015

Comme tu le sais, on a participé à la 2e édition du Salon des Blogueurs de Voyage, organisé à Ajaccio début mai.

Et ce salon a commencé par une journée de blogtrip. Nous étions 8 blogueur(se)s à avoir choisi la rando « le sentier des douaniers » :  Carnet d’escapades, Le joyeux bazar, Marche & Rêve, Stories of inspirations, Taxi brousse et Vie Nomade.

Au programme : une journée de balade entre le maquis et le bord de mer, sous un grand soleil. Pour moi, c’étaient mes premiers pas en Corse, et je n’ai pas été déçue !

Mais reprenons le fil de la journée…

Le réveil a été un peu brutal (panne de réveil, douche rapide et petit déjeuner encore plus) et nous voilà, les yeux à peine ouverts, au Palais des Congrès, lieu du salon et point de rdv pour les blogtrips.

Notre petit groupe se forme et on suit JB, notre guide pour la journée. 30 min de route plus tard, on est entre ciel et terre, à l’entrée d’un petit chemin qui se faufile dans le maquis.

Pas après pas, on s’enfonce dans la verdure et on quitte des yeux la mer. On se réveille doucement, dans la fraicheur des arbres.

Quelques dénivelés, des cailloux, des fleurs et on retrouve le soleil. Au loin, l’étendue bleue. L’horizon corse. La plage de Capo Di Feno marque le début réel du Sentier. Une plage superbe, où l’on rêverait de se poser et de regarder le temps passer.

plage Capo di Feno, corse

On arrive donc à l’entrée officielle (ou la sortie selon le sens emprunté) du fameux Sentier des Douaniers (4km de long). On longe alors la mer, les falaises se jettent à pic dans l’eau. Palette de bleus et de verts à couper le souffle.

Les arbres ont été façonnés par le vent et sont donc inclinés, créant des sortes de passages de verdure sur le sentier.

Pas après pas, l’horizon s’ouvre et on aperçoit les îles sanguinaires au loin. C’est notre destination.

Les îles sanguinaires… mais pourquoi ce nom presque terrifiant ? Il y a plusieurs explications :

* Ce nom leur aurait été donné à cause de la couleur de la roche qui devient rouge au coucher du soleil.

* Mais ce nom peut également faire référence au Golfe de Sagone, et les îles Sangonnaires seraient avec le temps devenues les îles sanguinaires.

* Une autre explication pourrait être la suivante : une référence à des fleurs roses qui virent au rouge à l’automne.

A chacun le choix de l’origine du nom de ces îles. Ce qui est sûr en tous cas, c’est que le paysage est magnifique !

Vient l’heure de manger et on élit domicile sur une petite crique solitaire. Un gros rocher sert de table et des sacs à dos sortent le pain, le fromage corse, la charcuterie, des feuilletés aux blettes et aux oignons, de la confiture, de la terrine, et bien sûr 2 bouteilles de Muscat !

On se régale et on reprend des forces.

On va même avec Michaël tremper nos pieds dans l’eau, tellement la couleur est belle… mais on déchante vite, à cette époque de l’année, la mer est encore – très – fraiche !

La fin de la randonnée se fait sur la pointe de la Parata (presqu’île accessible par un chemin) et au sommet trône la Tour Génoise de la Parata. Une construction en pierre qui servait à surveiller notamment l’arrivée des pirates.

Là encore, la vue est superbe et on aperçoit le début du golfe d’Ajaccio et au loin les montagnes enneigées. Il faut savoir que certains sommets culminent à plus de 2000m d’altitude.

fin de la randonnée sentier des douaniers

Ca y est, c’est la fin de la balade et le retour au Palais des Congrès se fait en mini bus.

Une journée ensoleillée – en témoignent nos épaules rougies -, un bol d’air pur et de nature, de jolies rencontres avec les autres blogueurs. Merci à JB de Corsica Natura pour cette balade qui nous a donné un petit aperçu des paysages corses et qui nous a donné encore plus envie de revenir !

banner-minus

Le dentifrice corse : une découverte 100% naturelle !

Bien que le dentifrice ait été inventé par les égyptiens quelques siècles avant J.-C. et commercialisé dans les années 50 sous la forme que l’on connaît aujourd’hui (pâte à dentifrice composée de fluor et de sodium), en Corse, les “anciens” avaient depuis longtemps une recette bien à eux pour se prémunir des caries.

Ils utilisaient les vertus des feuilles d’une plante poussant au bord des falaises Corses. Ma première rencontre avec cette espèce fut sur le Sentier des Douaniers. Mais, étant de nature sceptique et cartésienne, quelques interrogations me vinrent à l’esprit !

Ce dentifrice 100% naturel était-il réellement efficace contre les caries ou agissait-il plutôt comme la poudre thaïlandaise (composée de sel et clous de girofles) pour lutter contre les bactéries ?

En attendant le verdict, et encore plus surprenant, JB m’expliqua que ces feuilles étaient également utilisées comme collier anti-puce !

Un autre usage complètement décalé, les Corses sont magiques !

Je remercie d’ailleurs au passage très chaleureusement JB pour cette étonnante découverte !

Et toi, utiliserais-tu cette plante comme dentifrice corse ou comme collier anti-puce ? That is the question ;-)

IMG_3539

0 commentaire

Laisser un commentaire

laisser un commentaire

Tous les champs précédés de sont obligatoires ! Pas d'inquiétude, ton adresse e-mail ne sera pas divulgée.

contact

Des question, une remarque ?

Je partage cet article