Venise

2 |  28 avril 2016

Un jour de mars. Il ne fait pas beau à Venise. Le ciel tombe sur le haut du Campanile, la place San Marco se teinte de gris, même si le Grand Canal est toujours là, accueillant un ballet bien orchestré de bateaux, de vaporettos, de gondoles. Les passants relèvent leur col et glissent les mains dans leurs poches. Il fait froid.

Quand le soleil apparait, les lieux se transforment en quelques secondes, l’eau et les bâtiments s’illuminent. Et le ciel bleu semble être la plus belle couverture possible pour Venise. Les murs des maisons s’éclairent, l’eau change de couleur et les reflets du soleil éblouissent les regards portant vers les petits canaux.

Odeur de mer, d’humidité. Cette ville a les pieds dans l’eau.

Est-ce la fatigue ou la ville tangue ?

Venise ne ressemble à aucune autre ville. Il est parfois difficile d’imaginer que des gens vivent vraiment ici. C’est comme un monument à ciel ouvert.

On imagine bien qu’ici, à 18 ans les parents offrent un bateau à leur enfant et non une voiture. Car tout se fait sur l’eau : police, éboueurs, poste, pompiers, taxi, bus.

Ici il faut apprendre à composer avec l’eau, il n’y a pas toujours de ponts et le chemin alors se rallonge de quelques dizaines de mètres pour pouvoir traverser.

Une fois la nuit tombée, Venise revêt un manteau presque mystérieux. Les lumières jouent et se reflètent dans l’eau, coupées par le passage des bateaux. Les canaux sont peu éclairés, on a parfois l’impression d’être dans une ville fantôme.

Venise la belle, ça faisait bien 15 ans que je n’avais pas mis les pieds chez toi. La dernière fois, j’étais encore une ado. Je me souviens du Pont des Soupirs et des pigeons qu’on pouvait nourrir place Saint Marc. Je me souviens du verre soufflé de Murano. Je me souviens des vaporettos qu’on prenait pour se déplacer. Finalement, rien de tout ça n’a changé. Mais aujourd’hui j’ai aussi découvert ta bière locale, tes décorations un peu kitsch dans les hôtels, tes cafés chaleureux, tes murs colorés, tes ruelles silencieuses, tes jeux de lumière et d’eau.

banner-minus

Infos pratiques :

  • Depuis l’aéroport : billet combiné bus + vaporetto 14€
  • Pass 24h pour le Vaporetto : 20€. Il existe une application mobile qui permet d’acheter son Pass en ligne, et le billet est alors sous forme de QR code
  • Venise-Trieste : 2h en train, 15€ environ

2 commentaires

Laisser un commentaire
LadyMilonguera
LadyMilonguera

29 avril 2016

Voilà qui me donne envie d'y passer un petit week-end...

Répondre
Joe le Moskito
Joe le Moskito

29 avril 2016

hehe ! Il faut, c'est une très belle ville, surprenante et fascinante :)

laisser un commentaire

Tous les champs précédés de sont obligatoires ! Pas d'inquiétude, ton adresse e-mail ne sera pas divulgée.

contact

Des question, une remarque ?

Je partage cet article