Ironie du sort

2 |  17 août 2015

 

Après 5 ans à l’étranger dans 3 pays différents.

Après plus de 15 pays visités.

Après plus de 80 trajets en avion.

Après des centaines d’heures dans les bus ou en voiture.

Après avoir roulé à gauche et à droite.

Après des nuits sur un bateau ou dans un train.

Après avoir pris des rickshaws, des tuk-tuk, des grands et petits taxis, des bus sans fenêtres.

 

Aujourd’hui, j’ai le mal des transports. Et oui. Ironie du sort qui m’a frappée bien fort il y a 2 ans. Comme ça, sans prévenir, sans s’annoncer, sans temps d’adaptation.

Le ventre qui se tord et se serre, les mains qui tremblent, le coeur au bord des lèvres. Et une fatigue immense ensuite. Mon corps se bat, mais déclare forfait une fois le pire passé.

 

Bien sûr, j’ai vu un médecin. Et j’en suis ressortie avec dans les oreilles un “ça arrive comme ça, pas de raison particulière” et dans la main une ordonnance pour de la coculine, de l’homéopathie contre les crises d’angoisse et un calmant. Car malgré tout, c’est aussi dans la tête.

Aujourd’hui, je dis au revoir aux avions qui décollent à 4h du matin ou aux 6h de voiture si on part de bonne heure. Mon corps ne le supporte plus. C’est comme si j’avais épuisé mon quotat de voyage. Comme si mon corps me disait : t’en a bien profité, maintenant ça suffit.

Fini les road-trips pour le moment. Tant que je crains le malaise, je ne pourrais pas partir sur les routes en étant tranquille.

Aujourd’hui, je choisi le train plutôt que la voiture. Je choisis un avion à 12h plutôt qu’à 7h. Ca demande de l’organisation, ça coûte parfois plus cher, mais c’est le prix à payer pour éviter que ça ne recommence.

 

Je rêve d’aller en Indonésie. Mais les 15h d’avion m’angoissent bien trop. Ou alors il me faudra une sacrée dose de somnifère dans le sang pour ne pas voir le trajet.

Bien sûr, on s’est gentiment moqué de moi : toi la voyageuse, tu es malade en voiture ? Toi qui a pris des avions à hélices et dormi n’importe comment dans les trains chinois ou les bus indiens ?

Oui, moi.

 

Et je vis avec, je n’ai pas le choix. Que ce soit physique ou dans la tête ne change rien au problème. Cette petite angoisse de me sentir mal est toujours là quand je voyage. Elle ne me quitte pas, mais quand je descends de l’avion ou de la voiture sans avoir eu envie de vomir, alors je suis fière. C’est une minuscule victoire, mais qui me permet de me dire qu’un jour, je pourrai monter dans un avion pour l’Indonésie ou partir sur les routes de France.

Et en attendant, je prends le train. Je laisse mes yeux se perdre dans l’horizon, à 280km/h. Et ça me convient !

IMG_20150529_174215

2 commentaires

Laisser un commentaire
Gaëlle Zimmer
Gaëlle Zimmer

28 octobre 2015

Si l'autosuggestion fonctionne, alors tu as de la chance ! ;)

Répondre
Catnip
Catnip

27 octobre 2015

Amusant après 90 vols 1 tour du Monde 1 tour d Asie de nouvelle Zélande et d Australie il m est arrivé la même chose ! Par contre je n ai vu Personne pour ça je sais que c est dans la tête surtout (enfin pour mon cas) et donc je me fais de l autosuggestion.

Répondre

laisser un commentaire

Tous les champs précédés de sont obligatoires ! Pas d'inquiétude, ton adresse e-mail ne sera pas divulgée.

contact

Des question, une remarque ?

Je partage cet article